La commune Grindu est située dans la partie de nord-ouest du département Tulcea, sur la rive droite du Danube, zone connue sous le nom “Cotul Pisica” (Coude du Chat), à environ 8 km en aval de la ville Galaţi. Le chat Pisica, comme était nommée la localité dans le passé passe par toutes les réorganisations administratives territoriales au niveau national au fil du temps de sorte qu’en 1937, conformément à la loi de 27 mars 1936, la commune Pisica fait partie du département Tulcea, la région du Danube avec chef-lieu Galaţi, et en 1950 la commune Pisica est partie du département Tulcea.

La commune Grindu est un établissement de gens, du père en fils la plupart pêcheurs qui sont devenus bon gré mal gré agriculteurs et éleveurs d’animaux après l’endiguement et le dessèchement des marécages. Tout ce qui se passe dans le village est lié aux ressources inépuisables du vieux fleuve, le Danube. Les histoires, les légendes et les souvenirs de ces gens sont en quelque sorte soumis aux grandes eaux qui se reversent depuis des siècles au bord de cette localité.

Assis au sud-est de la Roumanie et au nord-ouest du département Tulcea, collé au Danube, le village est étendu le long du grand coude de l’eau qui seulement ici s’est creusé de place pour se diriger vers la mer. Le coude Cotul Pisicii comme il est connu depuis des siècles signifie un coude dans l’angle droit du Danube de Bas. L’eau frappe sans cesse la rive pas trop haute, sans bruit et sans de trop grandes vagues.

Seulement les tempêtes qui s’abattent rarement sur ces endroits où les pluies abondantes qui menacent souvent avec inondations l’établissement entier sont les seules qui troublent de temps à autre le cours lin et silencieux du fleuve. Les voisins de la commune Grindu sont: au nord-est – le Danube (et aussi la Moldavie), au sud-est – Isaccea, Luncaviţa, I. C. Brătianu et Jijila.

La localité Grindu est née autour de 1700, les facteurs historiques et physiques géographiques sont décisifs pour l’établissement des gens ici. Dans les Annales de Tulcea on specifique qu’en 1750 dans la zone sont recensés 175 habitants, des Roumains provenus de Moldavie, qui ont quitté les lieux d’origine en refusant de payer les impôts imposés par les autorités de cette époque-là, et qui ont trouvé dans les tertres allongés constitués par les dépôts alluvionnaires du Danube des conditions favorables à la vie et la liberté souhaitée. On dit que le vieux foyer du village était établi sur le tertre Brăilei, une zone plus haute qui bordait   Gârla Brăilei, un bras du Danube navigable à cette époque-là, qui raccourcissait la route sur eaux entre Brăila et Isaccea et était intensément navigué par les bateaux turcs, qui étaient souvent attaqués et pillées par les habitants de la zone. D’ailleurs on dit qu’ils ont met la fondation du foyer du village Pisica. Entre temps, à cause des fréquentes inondations  le foyer du village a été transféré 1 km au sud où il fonde l’actuelle localité Grindu.

Le vieux nom Pisica donné à la localité a son origine dans la forme avec méandres du Danube qu’elle acquit dans cette zone en forme de chat, dont le nom de Coude du Chat et la deuxième variante qui circule, qui est assez véridique, dit que les premiers habitants ont trouvé sur ces contrées un grand nombre de chats sauvages et très agressifs.  On peut rencontrer des chats sauvages aussi dans les forêts de la zone jusqu’au grand dessèchement, qui est l’une des nombreuses espèces d’animaux qui peuplaient cet habitat.

Apres avoir obtenu l’indépendance en 1877, ceux qui se sont remplis de gloire dans les luttes ont été mis en possession des terrains où ils voulaient. On dit que ceux qui habitaient ces terres sont allés à leurs parents en Moldavie et les ont incités à s’établir où ils se trouvaient. Ainsi on a fondé un village avec une population plus consistante. Des preuves certaines que les habitants proviennent de Moldavie sont leurs noms: Manolache, Pletea, Mogos, Cocu, Trişcă, noms qui se trouvent dans les documents émanant du prince régnant de Moldavie. Les attributions des terres aux paysans ont continué après les deux grandes conflagrations auxquelles la Roumanie a pris part et auxquelles les habitants du village Pisica ont apporté leurs contributions de sacrifices humains.

L’histoire plus récente du village comprend le légendaire brigand Terente qui s’est caché pour un temps par ces endroits difficilement accessibles. Dans la zone nommée Lăţime, où on peut voir les piliers du vieux pont qui passait le bras du Danube, un prêtre qui passait en calèche avec sa fille a été pillé et sa fille a été enlevée de force par le légendaire brigand. Les plus vieux villageois se rappellent même aujourd’hui de la chasse pour un long temps de Terente par les autorités dans ces marécages. De plus, les habitants parlent d’un tunnel au-dessous du Danube que seulement Terente connaissait et utilisait.

Assise au nord-ouest de la région Dobrogea, dans l’ancien pré du Danube qui est maintenant séché et transformé en zone agricole, dans le departement Tulcea, la localité GRINDU est bordée au nord et à l’ouest par le fleuve Danube, à l’est se voisine avec la localité Luncavita et au sud avec le village Gravan, composante de la commune Jijila. Jusqu’en 1986, le relief de la zone était specifique deltaïque, le cadre naturel étant prédominé par le renommé lac Crapina, qui a autour de lui un vaste système naturel de marécages et canaux alimentés par les eaux du Danube, cette zone-là  avec la Grande Ile de Braila et le lac Brates, en aval du municipe Galati qui représente le basin principal de reproduction de la carpe, une espèce importante de poisson, un emblème du Delta du Danube. Apres 1986 la zone a été fortement anthropisée, les dessèchements ont transformé ce cadre naturel en une zone agricole avec un impact négatif sous tous les aspects, y compris climatique, l’aridité étant une caractéristique de la zone. En bénéficiant d’une végétation spontanée, specifique aux zones humides, forets de saule et peuplier, des dizaines de hectares de roseau et canne de jonc avec la faune caractéristique a cet étage de relief et végétation, après 1986 les forets disparaissent, elles bordent seulement la rive du Danube et les superficies d’eau et végétation entre les localités I.C. Bratianu – Isaccea sont transformées en terrains agricoles.

Les routes à l’intérieur de la localité sont la plupart en terre à l’exception de 2,2 km qui sont empierrés. La distance envers le chef-lieu, respectivement le municipe Tulcea est de 90 km, la ville la plus proche est le municipe Galati situé à une distance de 10 km envers notre localité et la ville la plus proche du département est la ville Măcin qui se trouve à une distance de 30 km. L’accès de la localité Grindu vers le municipe Tulcea, Galati, respectivement la ville Măcin se fait par la route départementale 22 qui fait la liaison entre la commune Grindu et la route départementale DJ22.

La ressource locale est la seule qui constitue le terrain arable utilisé pour agriculture et le climat est tempéré influencé par les courants et les vents du nord.

Concernant le port populaire, la commune Grindu n’a pas une caractéristique particulière, en gardant les éléments du costume populaire de Moldavie. Les danses populaires combinent la spécificité de Moldavie avec la spécificité de Dobrogea­: la ronde populaire roumaine en deux parties, la danse populaire roumaine, geamparale (danse populaire roumaine similaire à la ronde) etc.
Parmi les coutumes et les traditions particulières nous mentionnons: chants de Noel à caractère religieux, des vers récités des vœux de Nouvelle Année, Pluguşorul, Steaua, Capra, Les Semailles etc.
Les coutumes de noces représentent une spécificité entre la Moldavie et Dobrogea: la demande en mariage faite par la famille du mari); mărgelele ( la fête à la maison de la mariée le jour avant le mariage); le vol de la mariée et la mariée renonce au voile; le paiement du broutage (quand le jeune homme marie une jeune fille d’une autre localité); plăcinţele –distraction après le mariage où on sert des petites galettes.
Une autre tradition intéressante d’origine bulgare est « Kaloianul » qui est initié par les filles – par tirage au sort on choisit l’organisateur appelée « Goghie ». Dans un seau avec eau, on met des divers boutons des participantes; quelqu’un lié aux yeux extrait un bouton et son possesseur est « Goghie ».  Les poupées faites d’argile ou textiles sont menées avec un cortège à la rivière et lancées à l’eau après quoi ils se retirent à la maison de « Goghie » où a lieu une fête et se consomme surtout une galette turque appelée « Ghizman ».

A cause des conditions naturelles particulières, les habitants se sont imposés une vie économique et spirituelle propre, témoignage est la vieille église en bois qui a plus de 125 ans et depuis 1882 il y a des preuves certaines qu’ici fonctionnait une école élémentaire. Elle est l’une des peu localités rurales qui a une justice de paix, son cachet original étant au siège actuel de la Mairie Grindu. La commune Grindu a un seul village avec le même nom.