Le département Tulcea occupe la moitie nordique de la province historique Dobrogea, située dans l’extrémité de sud-est de la Roumanie, dont l’importance vient de son emplacement aux embouchures du Danube et la sortie au Mer Noir.

La commune Jijila est l’une des plus grandes communes du département Tulcea, étant située au nord-ouest, a une distance de 69 km du chef-lieu. Du point de vue structurel, la superficie de la commune Jijila (qui comprend également le village Garvăn) s’encadre dans l’unité tectonique des montagnes Măcin (dans leur extension au nord-ouest).
La parallèle 450 latitude nordique coupe le département Tulcea dans la partie centrale, et le méridien 290 41′ 24″ longitude d’ouest traverse la ville Sulina, qui se trouve à l’extrémité de l’est de la Roumanie.
Du point de vue géomorphologique, le territoire de la commune suppose deux formes de relief distinctes: la première forme est caractérisée par les dernières ramifications des Montagnes Măcinului, avec une altitude de 40 – 80 mètres et avec des valeurs maximales dans la colline Sărăriei- 152,1 mètres et la Colline Mare avec 141,6 mètres.
Au cadre du relief hercynien on distingue un sommet superposé à l’extérieur périmètre du village Garvăn et un sommet de l’extérieur périmètre du village Jijila, avec une continuation vers Măcin. La deuxième forme de relief que nous trouvons dans la zone Jijila appartient à celle specifique au pré du Danube. Le climat ne diffère pas des autres établissements du Danube de Bas. Il est tempéré continental avec des vents du Nord, Nord-Est et Nord-Ouest. En général, les conditions naturelles du sol, le climat et le relief ont été et sont favorables au développement de l’agriculture.
Du point de vue des ressources du sol, dans la partie nordique et de sud-est de la commune on trouve les alluvions limoneuses sableuses du Danube, ou il n’a pas de ressources de substances minérales utiles, qui peuvent être vérifiées. Au reste de la commune apparaissent une série de substances minérales, en particulier des rocs qui peuvent être exploités dans la carrière. Les quartzites sont exploités sporadiquement dans les carrières Orliga et Gorgani, étant utilisés comme pierre pour les routes et pour la préparation des bétons aussi que pour la fabrication des produits réfractaires. Les réserves estimées sont grandes et peuvent être exploitées dans des conditions avantageuses. Le granit existe en abondance dans la partie centrale et sudique de la commune. Les formations loessoides, formées en Pléistocène Moyen et Supérieur se trouvent sur de grandes superficies et représentent des ressources énormes. Dans les deux localités de la commune on a exploité des substances minérales utiles solides. A Jijila on a extrait du quartzite et caolin. Le quartzite a été enlevé de la Carrière Orliga, qui se trouve à 3 km sud-ouest de Jijila et à 5 km nord-ouest de Măcin. De manière sporadique et artisanale on a extrait du quartzite sur les versants et le sommet de la Colline Orliga.

 

La commune Jijila s’est développée grâce aux projets démarrés par l’administration publique locale, qui ont été finalisés et implémentés pour le développement de l’infrastructure locale. Pour cette raison, le village Jijila est le premier du département qui a un réseau de gaz naturels, auquel on ajoute un nouveau réseau d’alimentation avec l’eau potable, autant pour Jijila que pour Garvăn. À tout cela on ajoute deux nouvelles écoles bâties avec des fonds européens, aménagées et équipées de manière adéquate.

Histoire

 

Comme établissement humain, la localité Jijila et son hinterland présentent des traces archéologiques qui datent de milliers d’années. Sur le territoire de la commune on a découvert des vestiges gétiques de Hallstatt (la première époque du fer) datées des siècles   IV – III I.H.,  avec continuité dans la période suivante, mais aussi des vestiges romaines avec des superpositions féodales précoces. Les documents historiques concernant la localité Jijila sont assez peu, problème avec lequel se confronte notre historiographie concernant l’historien de beaucoup d’établissements de Dobrogea de la période Ottomane.

Les seules mentions que nous ayons sont des cartes militaires et des notes de voyages des voyageurs étrangers qui traversent Dobrogea dans cette période-là. Il semble que le village ait été fondé par les Tatars de la Crimée au commencement du XVIIIe siècle.   Mais, entre-temps les Roumains de Bessarabie qui est entrée depuis 1812 sous l’autorité tzariste ont immigré en grand nombre en 1817, en obligeant les Tatars de quitter l’établissement. La commune Jijila est une localité ancienne.

 

La première mention documentaire de la localité Jijila est découverte dans la carte russe de guerre rédigée pour Dobrogea pendant la guerre russo-turque de 1828 – 1829. L’agent polonais Korsac, qui traverse ces endroits en 1849, trouve la localité Jijila comme étant partie du réseau Măcin. Djidjila- comme la nomme le réputé agronome Ion Ionescu de   Brad. Selon ses constatations, Jijila est une localité peuplée en 1850 par les Roumains. Sur le fonds des tapirs Ottomans, la localité apparaît sous le nom de Cicila.

Zone lacustre, avec les marécages restés après le dessèchement,  Jijila représente un périmètre specifique pour la pêche sportive. A cet élément d’attraction on ajoute les environs qui présentent un potentiel non-exploré pour l’agro-tourisme. A part ces objectifs touristiques, la commune Jijila dispose du voisinage du Parc National les Montagnes Măcinului.

La plus proche localité urbaine est la ville Măcin, située à une distance de 8 Km de la commune. A nos jours, la commune Jijila est composée de: le chef-lieu Jijila et le village Garvăn.

La commune Jijila se voisine :

  • au N: la frontière avec l’Ukraine, frontière naturelle sur le fleuve Danube, sur une longueur d’environ 4 km;
  • au N-E : le territoire administratif de la commune Grindu (ancienne Pisica);
  • à l’Est : le territoire administratif de la commune Văcăreni;
  • au S E : le territoire administratif de la commune Greci;
  • au S : le territoire administratif de la ville Măcin;
  • à l’Ouest: le territoire administratif de la commune Smârdan (ancienne Ghecet);
  • au Nord-Ouest : le territoire administratif de la commune I.C. Brătianu (ancienne 23 August; Zaclău)

 

Le territoire administratif de la commune Jijila se voisine avec les territoires suivants : au   nord-est avec le territoire administratif de la commune Grindu; au sud avec le territoire administratif de la ville  Măcin;  au sud-est il y a le territoire administratif de la commune   Greci et à l’est se trouve le territoire administratif de la commune Văcăreni, à l’ouest le territoire administratif de la commune Smârdan..

En proximité il y a deux agglomérations urbaines avec une grande influence sur les deux localités: le municipe Brăila, le département Brăila (24 km) et le municipe Galaţi, le département Galaţi (20 km).

La localité  Jijila se voisine au Nord avec  les villages Garvăn et Văcăreni, à l’Est avec la localité Luncavița, au Sud avec la ville Măcin, et au Sud – Est avec la localité Greci, à l’ouest avec la localité Smârdan.  Comme typologie, le vieux village, qui était groupé dans l’immédiate voisinage du marécage Jijila vers le Danube peut être encadré dans le type de villages rassemblés de manière compacte. D’ailleurs, le développement ultérieur  vers l’Ouest et l’extension vers le Nord et Sud dans la période des premières décennies du XXe siècle ont la même caractéristique compacte. Si le vieux foyer, le noyau initial du village s’est formé autour de l’église où se trouvent la plupart des institutions publiques et où s’est contouré le centre civique par la localisation naturelle des ménages ne s’inscrit dans un certain ordre, tout ce qui a été bâti de manière ultérieure a été fait sur la base d’un plan de systématisation, avec des rues droites, ordonnées, avec les maisons alignées a la route. Donc, le village moderne a des rues rectangulaires, des espaces denses habités, une structure rassemblée.

La localité Garvăn  est située au Nord-Ouest du département Tulcea, à 4 km de la commune Jijila, vers le Sud-Ouest. Dans la partie de Nord-Ouest elle se voisine avec la localité I. C. Brătianu et Grindu, à l’Est avec la localité Văcăreni, et au Sud-Est et au Sud-Ouest avec la localité Jijila. Jusqu’à la dernière organization administrative-territoriale (celle de 1968) le village Garvăn appartenait à la commune Văcăreni, qui a été dissolue. Depuis 1968, le village Garvăn est resté arrondi à la commune Jijila. Le village Garvăn est situé à l’intersection D.N. 22 Brăila-Măcin-Tulcea, avec D.N. I. C. Brătianu-Garvăn, étant localisé dans la zone de contact entre le Pré du Danube et la région collinaire de Dobrogea de Nord des Montagnes Măcin. Dans la zone de la localité Garvăn on n’y trouve pas de cours d’eaux permanents, et les eaux fluviales de ruissellement sont dirigées vers le Danube par les canaux aménagés. Dans les sommets situés à l’Ouest de la localité Garvăn comme dans l’entier promontoire qui s’enfonce dans les dépôts de pré,  efflorent des rocs meso-metamorphiques qui appartiennent à la Série de Megina percés d’intrusions du type des granitoïdes et filons de dolerites. Les rocs avec caractère de collecteur pour les eaux souterrains peuvent être les rocs cristallins et paléozoïques   (collecteur de type fissure) dans les zones de faille ou intensément tectonisées, mais surtout les dépôts quartenaires du Pré du Danube (collecteur de type poreux – perméable). Les collecteurs à caractère local peuvent apparaître dans la base du lœss  dans les moraines de pente constituées de rocs désagrégés dans le fondement et redistribués par la circulation des eaux fluviales dans des épisodes torrentiels. Le réseau hydrographique se caractérise par des larges vallées colmatées qui coulent vers le Danube ou vers l’ancien lac Jijila. La présence de l’eau sur ces cours est enregistrée de manière sporadique, sous la forme de torrents, après la fonte des neiges ou dans les périodes avec précipitations abondantes.